Objet:                                             La_politique_transgenre_dans_la_pratique

 

De : Pierre Girard  
Envoyé : 14 octobre 2021 10:02
À : liste-@pierregirard.org
Objet : La cruauté de la politique transgenre dans la pratique

 

     Ésaïe 5 :

20Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, Qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres, Qui changent l'amertume en douceur, et la douceur en amertume!https://saintebible.com/isaiah/5-21.htm

 

 

Les femmes emprisonnées avec un homme biologique risquent une peine de prison supplémentaire à moins qu'elles ne le considèrent comme une femme


Une femme violée par un homme prétendant être une femme pourrait être incarcérée plus longtemps si elle refusait de l'appeler elle.

L'image sélectionnée

                                                                                                              Femme en prison

Jonathon Van Maren

 

Mer 13 oct. 2021 - 16 h 25 HAE

LifeSiteNews ) — De nombreux commentateurs ont noté la folie de l'idéologie du genre ; moins, cependant, ont noté la cruauté de la politique transgenre dans la pratique. Un exemple en est le fait que les criminels masculins – dont beaucoup sont violents et dangereux – s'identifient de plus en plus comme des femmes afin d'être envoyés dans des prisons pour femmes. Des détenues vulnérables se retrouvent enfermées derrière les barreaux avec des violeurs et des tueuses de femmes.

En conséquence, des détenues désespérées ont tenté d'attirer l'attention sur leur situation difficile. Une femme dit qu'elle a été violée par un homme se faisant passer pour une femme – le violeur était en prison pour meurtre. Les autorités pénitentiaires lui ont demandé de retirer sa plainte, l'ont enregistrée comme sexe consensuel, puis ont pénalisé la victime pour avoir déposé une fausse plainte pour viol. L'avocat du violeur a affirmé qu'il était victime de transphobie.https://servedby.lifeserver.net/lg.php?bannerid=78010&campaignid=13316&zoneid=8553&loc=https%3A%2F%2Fwww.lifesitenews.com%2Fblogs%2Fwomen-jailed-with-biological-male-face-extra-jail-time-unless-they-refer-to-him-as-a-woman%2F&cb=bfbda5eef0

Dans un autre cas , un détenu californien emprisonné pour le meurtre de nourrissons a prétendu être transgenre et a été transféré avec succès dans la prison pour femmes où étaient logées les femmes dont il avait tué les enfants. Une détenue de l'Illinois affirme avoir été violée en prison par un homme prétendant être une femme. Au Canada, en effet, un prisonnier qui a violé, torturé et assassiné une fille de 13 ans a décidé de s'identifier comme une femme et s'est rapidement fait transférer dans une prison pour femmes.

Malgré ces faits horribles, peu de médias en dehors des médias conservateurs ont pris la peine d'en parler. Les plaintes des femmes enfermées avec des meurtriers et des violeurs masculins sont largement ignorées. Et maintenant, une décision incroyablement sadique au Royaume-Uni est rapportée par The Telegraph : les femmes qui appellent les condamnés transgenres qui se retrouvent dans leurs prisons par des pronoms masculins pourraient en fait obtenir une peine supplémentaire de prison.

En d' autres termes, une femme violée par un homme qui prétend être une femme pourrait être maintenue incarcérée plus si elle refuse d'appeler lui un son .

Ces sanctions, selon The Telegraph , seraient probablement déterminées « par un arbitre impartial », selon le ministre de la Justice Lord Wolfson. Wolfson a déclaré :

Les incidents où un prisonnier utilise des pronoms incorrects pour un autre prisonnier seront probablement examinés au cas par cas, conformément à l'article sur les procédures disciplinaires des prisonniers et au règlement pénitentiaire. Les détenus peuvent généralement commettre une erreur sincère en ce qui concerne les pronoms et une motion disciplinaire ne serait souvent pas acceptable dans ces circonstances. Cependant, si un agent juge acceptable de signaler un prisonnier, la règle s'opposant à « l'utilisation de mots ou de comportements menaçants, injurieux ou insultants » – la règle pénitentiaire 51(20) – pourrait s'appliquer. L'arbitre pèsera chaque incident en soi mérite. La politique stipule qu'une infraction motivée par la ou les caractéristiques protégées d'une autre personne en vertu de la loi sur l'égalité de 2010 est un facteur aggravant et peut mériter le renvoi à un arbitre indépendant.

Il convient de mentionner que la prolongation de la peine de prison est la punition la plus extrême qui puisse être infligée aux détenus. Cela, dit Wolfson, est dû au fait que : « Le ministère de la Justice et le Service pénitentiaire et de probation de Sa Majesté se consacrent à la promotion de l'égalité, à l'élimination de la discrimination, du harcèlement et de la victimisation. Dans ce cadre, nous veillons à ce que tous les détenus soient traités équitablement et d'une manière qui respecte leurs droits, et les encourageons à agir de manière respectueuse et prévenante envers les autres.

Bien sûr, les droits des femmes enfermées en prison avec des prédateurs sexuels et des tueurs d'enfants n'ont pas d'importance. Et si l'un d'entre eux se plaint de son traitement ou ose souligner l'évidence de ses nouveaux compagnons de cellule, les autorités les feront taire avec des accusations de transphobie et de peines de prison supplémentaires.https://servedby.lifeserver.net/lg.php?bannerid=83171&campaignid=15312&zoneid=8551&loc=https%3A%2F%2Fwww.lifesitenews.com%2Fblogs%2Fwomen-jailed-with-biological-male-face-extra-jail-time-unless-they-refer-to-him-as-a-woman%2F&cb=09f6323502

Ce n'est pas seulement fou. C'est incroyablement cruel.

 

https://www.lifesitenews.com/blogs/women-jailed-with-biological-male-face-extra-jail-time-unless-they-refer-to-him-as-a-woman/

 

 

Commentaire de Pierre Girard :

Comprenez que selon cet article, ceux qui appellent le mal bien, ce sont nos législateurs et politiciens qui présentent cette aberration inacceptable et cette perversion pour en faire quelque chose de bien. Ces législateurs et politiciens sont de grands ennemis de Dieu et de la vérité. Et, ce sont eux qui nous imposent des règles aberrantes en rapport avec la supposée pandémie covid-19.

 

Alors, malheur à vous, législateurs et politiciens, et vous tous journalistes des grands médias qui, complices, gardez le silence sur ces horreurs, qui, connecté au prince du mal, provoquez Dieu ainsi avec de telles écoeuranteries, de telles perversions.